Les Coulange(s) et/ou descendants d'Estienne Coulonges


Etymologie du patronyme Coulange

Les spécialistes s'accordent sur l'origine latine colonica.
s
Coulange (s), Collange, Colange, Collonge, Colonge sont des noms de localités d'origine issus du latin colonica, terre exploitée par des colons, c'est à dire des hommes de condition libre.
Source: Dictionnaire étymologique des noms de famille, Marie-Thérèse Morlet

Collanges est relié au latin colonica, terre cultivée par un colon, terme de droit féodal
distinct de colonia, colonie romaine (d'où Cologne, etc .) terme plus ancien
Coulanges, commune d'Allier (colonica XIème siècle)
Source: Dictionnaire étymologique des noms de lieux, A. Dauzat et Ch. Rostaing Larousse 1963

Collange ... du bas-latin colonica = colonie de peuplement, domaine exploité par des colons; le nom de lieu date donc de ces colonies agricoles qui se développèrent à partir du bas-empire à partir de l'an 300 environ...
Sous le bas-empire, les propriétaires de domaines (lesquels devinrent par la suite nos villages actuels), n'exploitaient pas la totalité de ces domaines, mais seulement le tiers ou le quart, cette exploitation se faisant à l'aide d'esclaves. Le reste était morcelé en tenures (manses), confiées à des paysans libres, les "colons"... Il en fut ainsi jusque vers le Xème siècle...
Source: A moi Auvergne, n°38 page 31, article de Pierre L. Pouzet


Colonica ... maison de colon agraire est répandu dans toute la France et très fréquent en Auvergne; il a dû garder longtemps sa valeur de nom commun, témoin la présence de l'article devant plusieurs de ces toponymes ... La Colange, ...Les Collanges
Source: La toponymie française, Albert Dauzat, 1960


[Plus récemment, à partir du 13ème siècle,] La colonge était une agglomération plus ou moins grande de fermiers, régis par une loi commune, dépendant d'un même seigneur et formant un tribunal dont les attributions étaient très variées. ... Chaque colonge s'administrait elle-même ... Le fermier s'appelait colonger ... Les colongers avaient un tribunal à eux...
Source: Histoire de Dannemarie, Abbé A. Behra, 1931